Disneyland fête ses 20 ans sur les réseaux sociaux

Le parc d’attraction Disneyland Paris a fêté ses 20 ans il y a deux ans. Pour ce grand événement, la firme a dégainé une grande campagne de communication sur les supports classiques mais aussi sur les réseaux sociaux où elle est très présente, notamment sur Facebook et YouTube.

574834_10150729552292871_199610350_n

Parade pour inaugurer les 20 ans du parc

Mickey et sa bande sur Facebook

Sur ce réseau social, Disneyland Paris a décidé d’utiliser de manière intelligente sa Timeline. Ainsi, chaque internaute pouvait suivre les grandes étapes de l’histoire du parc, de la fondation au vingtième anniversaire.

Différentes applications ont été créées à l’occasion de cet anniversaire, de plus leur page fana servi notamment de relai pour leurs offres spéciales comme par exemple, l’opération« Billet gratuit » (billet gratuit pour le parc valable la semaine de votre anniversaire).

Enfin, sur cette page fan, on retrouvait aussi l’onglet « 20 ans en direct » où l’on pouvait regarder la vidéo de l’émission spéciale tournée au parc le 12 avril 2012.

Entrez dans les coulisses grâce à YouTube

Le compte YouTube du parc a été alimenté de nombreuses vidéos pour l’occasion. Ainsi, on pouvait retrouver la vidéo de l’émission spéciale, mais aussi plein d’autres vidéos des événements du parc ainsi que les vidéos spécialement créées pour les 20 ans de Disneyland Paris telles que « 20 ans d’événements » ou encore« 20 ans de programme ambassadeur » etc …

Se rapprocher de son public, créer un lien particulier

Disneyland Paris est le champion de l’engagement, du contact avec ses fans sur Facebook et via son site internet. Le but est de faire participer les fans, créer un lien avec eux via les applications certes, mais pas uniquement. Sur sa page Facebook et son site internet dédié, Disneyland Paris incite les fans à participer à l’histoire du parc et à raconter leurs souvenirs. Sur Facebook, les fans étaient invités à partager leur expérience en complétant des phrases.

disney 20

Le parc Disneyland Paris décoré pour ses 20 ans

Cette communication digitale pourrait être comparée à du teasing, la firme montre aux internautes ce qu’il se passe dans le parc, la joie, la bonne humeur et leur donne envie d’y aller, de faire partie de cette aventure exceptionnelle.

Publicités

Spiderman tisse sa toile sur Twitter

Evian a toujours su soigner ses campagnes de communication. La marque avait fait parler d’elle en 2009 grâce à sa campagne de publicité « Roller Babies ».

En avril dernier, les bébés étaient de retour avec une campagne « The amazing Baby and me 2 ». Un spot publicitaire était sorti, on pouvait y voir le héro Marvel, Spiderman, se retrouver face à son avatar version bébé.

Pour accompagner ce spot, une suite digitale a été lancée sur Twitter. Le principe de la campagne ? Spiderman et sa version mini utilisent leurs pouvoir afin d’améliorer le quotidien des twittos. L’objectif de cette campagne ? Susciter un engagment à travers les réseaux sociaux et renforcer l’association de la marque avec le blockbuster américan « The amazing Spiderman 2 »

 #AmazingBabyRescueMe

Les followers du monde entiers étaient invité à partager leurs problèmes via le hashtag #AmazingBabyRescueMe. Avec ce dispositif digital, Evian a fait en sorte que chaque internaute ait un regard nouveau sur les problèmes du quotidien et de laisser le super-bébé en eux s’exprimer. Ainsi, lorsqu’une personne utilisait l’hashtag, elle recevait une réponse personnalisée, drôle et créative, sous forme de tweets humoristiques, de Vines ou d’illustrations. La marque les diffusait ensuite sur leur tableau Pinterest « The Amazing Baby ».

Lorsque @melissa_simoni a tweeté « Coucou @evianwater, tu viendrais mettre du bon son dans nos bureaux ? #AmazingBabyRescueMe » voici ce qu’Evian a répondu

Deux autres exemples:

Capture d’écran 2014-12-21 à 23.22.21Capture d’écran 2014-12-21 à 23.22.38

Et cette fois-ci, une réponse en illustration:

Capture d’écran 2014-12-21 à 23.24.16

Encore une fois, la marque a montré que niveau digital elle n’était pas en reste !

Un retour fracassant pour Burger King

Ce soir, je vais vous donner faim. Attendu depuis plus d’un an, après désespoir et déception, Burger King, la célèbre chaîne de fast-food américaine, est revenue en France. Pour annoncer l’ouverture de nouveaux restaurant, Burger King a choisi une façon originale. En façade des bâtiments en constructions, on pouvait trouver des bannières sur lesquels on retrouvait des tweets mentionnant la marque et leur réponse. Avec cette méthode de communication innovante, la marque a réussi à créer le buzz (même si, à mon avis, Burger King n’en avait même pas besoin). Retour sur une stratégie de communication comique qui a marqué les esprits.

Répondre à l’insatisfaction des clients

Lassés d’attendre parfois plus de 2 heures pour déguster un Whopper, le célèbre sandwich de la firme, les internautes n’ont pas attendu avant de faire part de leur mécontentement sur Twitter notamment. Burger King a senti le buzzword et s’est servi de ces mécontentements pour le transformer en opportunité médiatique.

Pour son implantation à Reims, Burger King a décidé de répondre à un Twitto :

bk reims

Une autre réponse tout aussi décalée qui en a fait sourire plus d’un :

bk wesh

Grâce à cette opération de communication, la marque a généré un énorme buzz en suscitant l’amusement que ce soit auprès des internautes mais aussi et surtout des médias.

BuzzParadise et le système d’influenceurs

buzzparadise

Créé en 2005, BuzzParadise, est le 1er réseau international de social media advertising qui connecte les annonceurs et les leaders d’opinions dans le but de développer la relation des marques avec les consommateurs.

BuzzParadise propose aux annonceurs de faire connaitre leurs campagnes auprès de leader d’opinions qui ont un réseau d’influence que ce soit sur leur blog ou les réseaux sociaux et de développer leur earned media. Les méthodes utilisées peuvent être le tweet sponsorisé, les tests de produits etc. L’agence ne se focalise pas seulement sur les réseaux sociaux mais fait en sorte de s’adapter à l’identité de l’annonceur.

Quelques chiffres :

BuzzParadise c’est :

  • 12 000 influenceurs dans les réseaux BuzzParadise
  • 30 millions de visiteurs uniques touchés par mois
  • Plus de 150 campagnes de buzz marketing en 3 ans
  • 8 000 blogs dans 12 pays

Les 12 000 influenceurs sont classés en 3 types :

  • Top Premium Influenceurs
  • Top Influenceurs
  • Influenceurs

Et selon différents indicateurs :

  • Nombre de followers
  • Taux de retweet
  • Score Klout (voir précédent article sur Klout)

Ainsi, chaque influenceur peut trouver des annonceurs qui vont les rémunérer pour publier des articles, des tweets etc. Bien évidemment, les Top Premium Influenceurs auront plus de facilité à trouver des annonceurs. Les influenceurs sont rémunérés avec des gains en argent ainsi que des cadeaux en nature (produit à tester, voyage, service etc.). Le montant d’un article varie ente une dizaine à plusieurs centaines d’euros, il en dépend des critères d’audience, de notoriété et de ciblage.

L’influenceur va donc, comme son nom l’indique, influencer les comportements de consommation. Moins direct qu’un prescripteur, son influence est tout de même plus étendue.

A très vite pour un nouveau post !

OneName Global, Inc. et sa plateforme qui vous rapporte

ONG-WEBLOGO-425

La plupart des gens ont une tonne de comptes sur les réseaux sociaux … Twitter, Facebook, LinkedIn … la liste est longue. OneName, permet de connecter et de gérer son flux des réseaux sociaux à un tableau de bord personnalisable en ligne. Maintenant tous les messages et le contenu peuvent être répartis en un endroit. Avec la plateforme il est facile de mettre en place un contenu pertinent pour vos annonces grâce à l’outil Ad- Share Marketplace, d’automatiser les messages et annonces, de lancer un ou plusieurs tableaux de bord et bien d’autres choses.

OneName Global, Inc. (ON-G), lancée en décembre 2013, est une société qui a mis en place une plateforme sociale révolutionnaire. Elle permet d’avoir à disposition des outils à forte valeur ajoutée, donnant l’opportunité de récolter de l’argent et ainsi d’accélérer les gains. OneName est la première plate-forme à combiner un réseau social, un tableau de bord social centralisé et planificateur de contenu. Avec en prime, un haut rendement, un réseau de publicité visant à gagner un maximum de gains.

Chaque année, plus de 100 milliards de dollars sont dépensés dans la publicité en ligne, et ong.social permet aux utilisateurs ed lancer et gérer un nombre illimités de pages gratuitement tout en faisant de l’argent.

Le site est rempli de fonctionnalités, comme un tableau de bord social centralisé qui inclut un outil de planification pour permettre à tous les utilisateurs de centraliser les comptes sociaux à un tableau de bord unique, puis programmer, à aucun coût. Le site offre aussi des caractéristiques orientées vers les entreprises qui nécessitent un contrôle d’édition plus complexe avec des options multi-utilisateurs, administration de la page etc.

A très vite pour un nouveau post !

Mobilisation sur les réseaux sociaux pour la WWF (fin)

Selon Nigel Allan, Social Media Manager, « Il est beaucoup plus facile pour les gens de s’impliquer dans notre travail. Ainsi, par exemple, lorsque nous observons ce à quoi les gens sont intéressés, nous voyons qu’ils veulent vraiment prendre des mesures. »

Donc si ces personnes les suivent sur Twitter, Facebook ou ailleurs, c’est généralement parce qu’ils sont déjà intéressé par leur cause. Nigel Allan a remarqué qu’à chaque fois que la WWF permettait aux adhérents de s’impliquer dans sa cause, se produisait un énorme pic d’activité sur les réseaux sociaux et sur leur site web. Ce que la WWF recherche en étant présent sur les réseaux sociaux est de rediriger les internautes sur leur site. Cette présence sur les réseaux sociaux et le volonté d’augmenter le trafic sur leur site leur a permis de créer un meilleur contenu, un contenu de qualité.

Récemment, la WWF a surfé sur le phénomène « Selfie », pratique qui consiste à prendre une photo de soi, pour sensibiliser les jeunes. Une collaboration a été mise en place avec le réseau social SnapChat. L’ONG diffusait des Snapchat de 10 secondes, d’animaux en voie d’extinction. Chaque photo était prise comme un selfie accompagnée du message « Don’t let this be my #lastselfie »

Campagne "Don't let this be my #lastselfie"

Campagne « Don’t let this be my #lastselfie »

On voit donc que la WWF a su s’approprier les différents réseaux sociaux afin de communiquer sur leur cause, de sensibiliser.

A très vite pour un nouveau post !

Mobilisation sur les réseaux sociaux pour la WWF (suite)

Bâtir une communauté

En 2007, l’un des principaux objectifs était de construire une communauté en ligne. En intégrant les médias sociaux dans leur stratégie de communication, la WWF a été en mesure de travailler pour atteindre cet objectif et ainsi créer une communauté en ligne engagée. Etre présent sur leur blog et sur Twitter quotidiennement est devenu indispensable, en plus de ces deux canaux, l’ONG est aussi présente sur d’autre réseaux sociaux en postant plusieurs fois par semaine. On a donc l’exemple d’une ONG qui a compris qu’avoir un compte sur différents médias sociaux demande une présence quotidienne pour qu’ils soient efficaces. Cela nécessite un fort engagement et des ressources personnelles.

Ils touchent les utilisateurs en fournissant un contenu divers et en leur proposant divers possibilité pour eux, de s’engager avec la WWF. Par exemples, les adhérents peuvent utiliser le réseau de plaidoyer, faire un don, obtenir des flux RSS, soumettre des bannières sur leur page, visionner des vidéos et des photos et entamer des discussions. Ils peuvent aussi participer à des sondages, et commenter les posts afin de permettre à la WWF de connaître ce qui leur semble important et pertinent.

Les médias sociaux ont permis à la WWF de se connecter avec les gens et de les toucher en les impliquant à leur cause.

Post Facebook de la WWF

Post Facebook de la WWF

« Nous avons besoin d’aide : Signez notre pétition pour demander au gouvernement du Monténégro de repenser le plan de construction d’un barrage dans la rivière Morača », a déclaré le WWF sur son mur Facebook le 29 Mars 2010. Moins de trois semaines plus tard, le groupe de conservation a collecté près de 15 000 signatures pour sa pétition. En Août de la même année, le gouvernement a annulé ses plans originaux pour quatre barrages et a annoncé un débat public sur la question, sous la pression des groupes de société civile et des institutions de l’Union européenne. Cette action nous montre que grâce aux réseaux sociaux et à l’effet boule de neige, la WWF a réussi à se faire entendre, ainsi, lorsqu’ils sont bien utilisés, les réseaux sociaux sont un média puissant.